Saint-Roch Ferrières Saint-Roch Ferrières Photo Saint-Roch Ferrières

décès du Père Joseph Cornet

Le Père Cornet a pris le Grand Large…

Il aimait les grands voyages. Ce 25 janvier, il levait les amarres une dernière fois, pour rejoindre la Maison du Père. Dernier prêtre domicilié à Saint-Roch où il a vécu 16 ans, il restera un touchant exemple, avec ses 85 ans, d’harmonieuse cohabitation au sein d’un bouillonnant milieu scolaire.

Dans notre édition de décembre dernier, nous avions prévu un article intitulé «Le Père Cornet change de bateau», mais une malencontreuse erreur technique avait fait disparaître la quasi totalité de ce texte. Il y était question du départ du Père Cornet qui, pour raison de santé, nous quittait pour une maison de repos à Beaufays. Mais ce séjour fut de très courte durée puisque notre Joseph ne tarda pas à être admis aux soins intensifs du CHU de Liège, où il n’a pas survécu.

Il vivait chez nous depuis 1988 comme prêtre retraité. C’est un peu à la hâte que nous l’avions fêté peu avant son départ de Saint-Roch, pressentant qu’on ne le reverrait plus… Quelques jours plus tard, en novembre dernier, c’étaient les paroisses environnantes qui le fêtaient, avec un peu d’avance, pour ses 85 ans et ses 60 ans de vie sacerdotale. L’église de Ferrières, ce jour-là, s’était parée d’objets et de symboles rappelant l’Afrique centrale, pour honorer l’ancien Père missionnaire.

Choisir Saint-Roch comme lieu de retraite?

Une décision assez singulière pour un personnage qui l’était tout autant: un prêtre retraité qui choisit de cohabiter dans un internat encore très animé à l’époque, fourmillant de jeunes débordant de vitalité! Mais les Saint-Rochîs, les Ferrusiens et les paroisses environnantes n’allaient pas tarder à connaître et à apprécier ce vieil homme à la fois jovial, simple et surprenant.
Le Père Cornet, de la congrégation des Oblats, en mission au Congo pendant 30 ans, avait choisi de terminer son périple à Saint-Roch où,16 années durant, il a été pour nous comme une bouffée de bon air du grand large. Sympathique, discret, un peu original, très débrouillard, il s’était toujours parfaitement intégré à la jeunesse qu’il côtoyait. Que de bons moments il nous a été donné de vivre en sa compagnie !
Philco


Philco
de la meme edition

Retour