Saint-Roch Ferrières Saint-Roch Ferrières Photo Saint-Roch Ferrières

Richard Bodéüs (rh.66) armorié

Armoiries lointaines

Lors de la réunion des Anciens des années "6" du 19 novembre dernier, un bruit circulait de table en table: Richard BODEÜS (rhéto 1966 et professeur de 1970 à 1987) aurait été anobli par Sa Majesté la Reine du Chef du Canada ! Canular ? Rumeur ? Intox ? Château au Québec, en Ecosse ou en Espagne… ? Devrait-on désormais s'incliner respectueusement devant sir Richard ? Il fallait vérifier.
Google livrait d'abord une décourageante constatation : il fallait fouiller parmi environ 15.000 références, le plus souvent d'ailleurs en la brillante compagnie d'ARISTOTE dont Richard Bodéüs est un des meilleurs spécialistes mondiaux. Au bout d'une patiente recherche, la vérité surgit enfin : le "Registre public des armoiries, drapeaux et insignes du Canada" du 15 septembre 2004 publiait la lettre patente de l'Autorité héraldique du Canada lui attribuant concession d'armoiries. Cet octroi d'emblèmes héraldiques à un particulier est une marque d'honneur émanant de la Couronne du Canada, qui se veut un hommage rendu en reconnaissance de l’exceptionnelle valeur de ses travaux scientifiques publiés au Canada et à l’étranger.

Véritable synthèse d'une vie, la description du symbolisme du blason était jointe:

L’écu porte sur champ de sable (noir) une chouette d’or, oiseau nyctalope (qui a la faculté de voir la nuit). C’est l’animal de la déesse grecque Athéna, symbole de la sagesse, qui représente ici sa profession d'historien de la philosophie ancienne. La chouette tient dans ses serres droites un glaive d’argent et sa patte gauche est enchaînée. L’image évoque un vers du poète latin Horace (Epîtres, II, 1, 156) : "Graecia capta ferrum victorem cepit" : "La Grèce (terre de sagesse) conquise (par les Romains) a saisi le glaive du vainqueur (lui a imposé sa propre civilisation)". Le tout est une métaphore de l’esprit triomphant de la force qui souhaite le dominer.

Le casque en cimier est sommé d’une couronne où alternent des feuilles d’érables, qui évoquent sa nationalité canadienne, et de pommes de pin plantées d’une petite croix qui rappellent ses origines liégeoises (la pomme de pin sommée d'une croix que l'on trouve au sommet du perron est le symbole des libertés liégeoises depuis le XIIIe siècle).

En dialecte wallon ! "Tot çou qu'i fåt la wice qu'i fåt" ("Faire tout le nécessaire là où c'est exigé" ; littéralement, "Tout ce qu’il faut là où il faut").

Voilà une consécration qui s'ajoute à une longue liste de brillantes distinctions. Parmi d'autres, citons:
1994 - Membre de l'Académie des Lettres de la Société Royale du Canada
1998 - Lauréat du Prix des sciences humaines de l'Acfas (Association canadienne-française pour l'avancement des sciences)
1999 - Bourse Killam permettant aux meilleurs scientifiques et chercheurs du Canada de se consacrer à plein temps, pendant deux ans, à la recherche et à la rédaction. Bourse renouvelée en 2001.
2004 - Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques du gouvernement de la France
2005 - Ordre des palmes académiques de l'Université de Montréal

Laissons le mot de la fin au commentaire accompagnant le prix de l'Acfas:

"Richard BODEÜS, professeur au département de philosophie de Montréal, est un spécialiste en philosophie ancienne de renommée internationale.
"Sommité de l'histoire de la philosophie antique, il est plus particulièrement reconnu pour ses nombreux travaux et ouvrages de recherche entourant la pensée d'Aristote. Ses qualités scientifiques exemplaires l'ont amené à étudier des champs d'investigation de plus en plus complexes. Citons notamment l'analyse de l'Organon, un corpus de textes sur la logique.
"Décrit par plusieurs comme étant un modèle d'érudition, le lauréat est à la fois homme d'étude et homme d'action. Il a été un des principaux acteurs de la revalorisation de l'histoire de la philosophie au Québec et au Canada. De plus, il est membre actif de nombreuses associations.
"Richard BODEÜS sait captiver autant les étudiants que les savants de très haut niveau. La richesse de ses écrits ainsi que les nombreuses interventions publiques qu'il a faites un peu partout dans le monde témoignent de la solide réputation acquise par ce scientifique dans le domaine de la philosophie antique".
Tout est dit. Chapeau bas, Monsieur !

Paul VILLERS

Retour